Hey, hey !
Me voilà de retour après une nouvelle semaine chamboulée ! Manifestement, il va falloir qu’on s’adapte au charivari dans les jours et les semaines à venir. ça va être bien chiant, mais je vous propose un article léger – ma recette pour rester zen pendant la grève !

ça ne résoudra pas tout, mais ça aura au moins le mérite d’être un peu rafraîchissant ! Vous me suivez ? Allez, c’est parti !

Comment rester zen pendant la grève

rester zen pendant la grève

1 – Respirez

La respiration, c’est la clé de voûte de la relaxation ! Dès que la moutarde vous monte un peu trop au nez, concentrez vous sur votre respiration. Je vous conseille l’exercice de la « respiration carrée ». C’est très simple.

Inspirez profondément par le ventre en comptant cinq secondes. Suspendez votre souffle, poumons pleins pendant cinq secondes. Puis expirez par la bouche pendant encore cinq secondes. Enfin, suspendez votre souffle, poumons pleins  (cinq secondes ou plus). Voilà la fin d’un cycle carré !

Recommencez jusqu’à ce que la moutarde pique un peu moins ! 😉

2 – Filtrez BFM TV et ses copains

Perso, je vous dirai de zapper totalement ces chaînes souvent très alarmistes au profit d’autres média, mais parfois, on en est accro. Dans ce cas, limitez vous à cinq minutes. Vous aurez l’essentiel de ce que vous devez savoir, puis passez autre chose. Prendre de la distance, ça va vous aider à relativiser et à moins subir les choses. Trop de BFM TV, ça fout le moral dans les chaussettes !

3 – Virez les collègues contestataires de votre entourage

Ne vous laissez pas polluer par les commentaires négatifs et autres complaintes de vos collègues. Ils ne manqueront pas de vous en faire part, une fois arrivés à la machine à café, après leur périple dans les transports ou les bouchons. Surtout, bouchez-vous les oreilles et décampez ! Vous n’avez pas besoin d’entendre ça en plus de votre propre stress à gérer !

4 – Concentrez-vous sur le côté positif des choses

Ok, en temps de grève, c’est un peu dur de trouver du positif à la situation. Surtout quand c’est l’état de guerre pour rentrer dans un p… de RER. Mais bon, vous êtes là,  en France, avec un boulot, un toit, et suffisamment de gouache pour râler, c’est déjà beaucoup, si on compare à ailleurs, non ?

5 – Misez sur le télétravail

Oui, honnêtement, si vous avez la chance et le privilège de pouvoir travailler depuis chez vous, foncez ! Vous allez éviter bouchons, transports en commun surchargés en mode boîte à sardines, aisselles puantes, haleines fétides et ambiance électrique… Vous hésitez encore ?

6 – Souriez 

ça a l’air tout con, mais en fait, un sourire, ça fait beaucoup. ça rend joyeux, ça met de bonne humeur et ça réveille la production d’endorphines. Vous savez, l’hormone du bonheur. Alors bien sûr, il n’est pas question de sourire comme un benêt à la cantonnade, mais trouver les petites choses qui font sourire ou même rire aux éclats. Un exemple ? Dans les transports, le bourrin de service qui hurle comme un putois de se pousser encore un peu plus pour laisser rentrer les gens qui veulent aller travailler ! Il n’est pas risible, lui ? ^ ^

7 – Lâchez prise

Rien ne sert de stresser pour arriver à trouver un train. A rentrer dans le train, à arriver à l’heure au travail et que sais-je encore. La seule chose que vous pouvez  éventuellement contrôler, c’est vous-même. Pas les autres et encore moins la conjoncture. Occupez-vous de vos oignons, de votre ressenti. Vous n’arrivez pas à l’heure au travail et ça vous met la rate au court-bouillon ? Arrêtez ça tout de suite ! Vous n’êtes pas seul dans ce cas et il y a toujours moyen de s’adapter. Si vous êtes empêché pour cause de grêve générale, il est fort probable que votre chef aussi.

8 – Pétez un câble

Oui, vous avez bien lu.
Se taper une bonne grosse grève qui vient peser sur le quotidien déjà bien chargé, c’est chiant. ça pèse. ça donne envie de hurler. Surtout quand on se retrouve pressé comme un citron, les pieds hors du sol dans une rare rame de métro plus que surchargée. Arriver en retard pour récupérer les enfants, braver la pluie, bref… Tout un tas de daubes, bah ça donne envie de hurler. C’est humain. Acceptez-le et rugissez un bon coup pour que la frustration sorte avant de passer à autre chose. ça fait du bien. 😉

9 – Prenez du temps pour vous

Je n’ai pas dit méditer, hein. Je n’ai lâché aucun gros mot ! Cela dit, je vous encourage à gratter autant que vous pouvez, cinq minutes, par ci, cinq minutes par là. Tout seul. Pour vous recentrer, recharger les batteries. Et pendant ce temps là, vous faites quelque chose que vous aimez : écouter une chanson que vous aimez, lire quelques pages d’un livre,  vous étirer, faire quelques pas dehors, regarder par la fenêtre… Bref. Un truc qui vous fait plaisir. Il faut absolument parsemer votre journée que mini gratifications. On a tous besoin d’une carotte, pour avancer ! ^ ^

10 – Dîtes non !

Surtout pendant la grève. Si le peu de trains et de métros qui fonctionnent sont impratiquables car trop fréquentés, lâchez la colle ! Ne faites pas comme le bourrin de service dont on riait plus haut dans l’article. Tout faire et surtout, avaler couleuvre sur couleuvre, c’est pas possible. Cherchez des alternatives acceptables qui ne vous lèseront pas trop ni vous ni votre employeur. Voilà comment rester zen. Et souvenez-vous : vous êtes un êtes humain, pas une machine. A bon entendeur !

Et voilà pour cet article léger ! J’epère qu’au moins la lecture vous aura aidé à rester zen. N’hésitez pas à laisser un commentaire pour que nous puissions échanger sur le sujet. ça fait toujours du bien de constater qu’on n’est pas seul, dans sa galère. ^ ^

Et sinon, pour vous détendre complètement, vous pouvez prendre rendez-vous pour un cours via ma page médoucine. 😉

Et si vous avez plutôt envie de lire d’autres astuces plus concrètes pour lutter contre le stress, c’est par ici.