Il me semble que c’était la semaine dernière, l’article sur le weekend YTT de mars…. Manifestement, non, vu que je suis délà là pour vous raconter le YTT du mois d’avril ! Avant-dernier weekend avant l’examen final du mois de juillet, la pratique s’affine en plus de s’intensifier ! 

Une fois n’est pas coutume, la pratique des asanas a vraiment été au coeur de ce weekend. Nous avons donc enchaîné pratique des asanas, pédagogie, community classes… En gros, on a bien vécu le processus du vinyasa dans notre corps ! J’en suis ressortie dès le samedi à l’état de courbature géante ! Et toujours aussi étrangement apaisée et dynamisée.  Le mystère des asanas.

Au programme du YTT du mois d’avril…

A l’instar du mois dernier, le travail de la ceinture scapulaire était de mise, pour conscientiser les processus de sonnette interne et externe, notamment. Et aussi la force déployée par les épaules pour supporter le poids du corps érigé, l’appui des mains dans le sol. Tout ça pour nous amener ensuite aux équilibre sur les mains. Se soulever du sol, atteindre l’équilibre et maintenir cette équilibre sans fournir plus d’efforts que nécessaire. Plus facile à dire qu’à faire !

ça n’avait pas l’air, quand on regarde les photos, mais les efforts physique et mental m’ont sacrément chamboulée ! Une fois l’équilibre atteint, la nouvelle donne, a consisté en la descente du corps, maîtrisée… Pour me retrouver en chakrasana – la posture de la roue.

Ouais, rien que ça. Et bien je peux vous dire qu’à la descente, je n’ai pas fait ma fierotte ! La montée en équilibre sur les mains est déjà toute une aventure tant physique que psychologique, mais alors la redescente… En voilà une autre !

Du yoga en dehors du tapis

Désormais, en tant que professeur très, très prochainement certifiée, j’essaie de mon mieux de mettre en pratique les deux premières branches de l’ashtanga yoga. Les Yamas et Niyamas (je vous en parle plus en détail prochainement). Et là, dans la pratique des asanas que j’ai eue ce weekend, un niyama a été tout particulièrement au coeur de l’affaire : Tapas ! Celui qui développe le goût de l’effort. J’ai du faire preuve de persévérance et d’opiniâtreté (ça pique un peu les oreilles, mais c’est correct), pour me dépasser. Et continuer à m’exercer.

A des moments, mes muscles me piquaient tellement… Mes bras tremblaient tellement ! Si je m’étais écoutée, je me serais écroulée et roulée en boule dans un coin pour souffler un bon coup. Mais non. J’ai continué et j’ai tenu. J’ai vu mon corps faire des choses que je n’aurais jamais imaginées 9 mois plus tôt…

Et pendant ce temps là, mon esprit ?

Eh bien il était léger. Je n’ai pensé à rien si ce n’est le moment présent. La délicieuse magie de la méditation en mouvement ! 

« L’arrêt des perturbations du mental s’obtient par une pratique intense, dans un esprit de lâcher-prise. » Patanjali  I-12

Ce sutra de Patanjali ne peut pas être plus vrai ! Quand on bouge, le flot des pensées s’arrête. Impossible de continuer à râler sur ce colis retardataire qu’on attend et qui ne vient pas, le chien de la voisine qui aboie sans discontinuer ou autre.  Et malgré l’effort physique à fournir… qu’est-ce qu’on se sent bien !

Enfin ! Tout ça pour vous dire que plus cette fin de formation approche, plus le yoga se révèle à moi sous ses autres formes que celle des asanas. Et ça, c’est passionnant !

Aucun doute que je reviendrai partager cela avec vous très prochainement ! Pour le weekend YTT du mois d’avril, c’est tout ! 😉