Et oui ! Dès le premier jour de formation, on nous a dit : « Vous êtes prof de yoga et nous sommes vos pairs. Vous êtes là pour vous former et nous, pour vous transmettre ce que vous avez à savoir ».

ça met tout de suite dans le bain, pas vrai ?

C’est assez paradoxal, ce que je ressens aujourd’hui, car avant d’oser m’inscrire à la formation, j’ai lutté avec un énorme syndrôme de l’imposteur. Et là, d’avoir entendu ça ce weekend, ça m’a encore plus confortée dans la position que j’ai prise cet été. Enfin bref ! Passons au récit, maintenant !

Formation de prof de yoga : Week-end #1

J’ai donc rencontré ma promo. Principalement féminine. Nous sommes une bonne grosse quarantaine, répartie à 80% sur la formation de 200 heures et le reste sur la formation de 500 heures.

Pendant ces deux jours, nous avons assisté à deux ateliers théoriques (kinésiologie et naturopathie) et pour le reste du temps, nous avons pratiqué.

Pour le moment, je n’entrerai pas dans le détail de ce que j’ai vu, c’est trop tôt et pas assez approfondi pour en parler correctement. Par contre, sur le plan des postures, je peux vous dire qu’en deux jours, j’ai pratiqué beaucoup plus que sur l’ensemble de la semaine dernière ! ^ ^ Quatre heures chaque jour !

Côté pratique du yoga

En guise d’échauffement, nous avons pratiqué et décomposé tous les mouvements de la salutation au soleil, ce qui diffère un peu de l’échauffement que je pratique en cours de hatha yoga le mardi soir. Du coup, à 8 heures du matin, voilà que je suais à grosses gouttes sur mon tapis ! Chose qui m’arrive rarement quand il fait frais dehors. Tout y est passé : chaturanga, les guerriers 1 et 2, les pinces, la chaise, les vinyasas avec des sauts…. Bref ! Si je croyais encore que le yoga, ce n’est pas cardio, et bah j’ai fini de le croire !

Après cet échauffement musclé, on a décomposé quelques postures (je les nommerai d’abord en sanskrit désormais) : trikonasana (le triangle), halasana (la charrue), ardha chandrasana (la demi-lune) et en toute fin de pratique la posture-reine : sirsasana (la posture sur la tête).

Certaines ne l’avait jamais pratiqué et se sont donc trouvées un peu mal à l’aise à l’idée de devoir la pratiquer dès le deuxième jour de formation, mais après discussion et explications, tout le monde à essayé. Pour ma part, j’ai ressenti mon retour de couches me peser un peu. Ma sangle abdominale n’a pas fini de se remettre de la grossesse. Je fais beaucoup plus d’effort qu’à l’accoutumée pour monter en sirsasana. Mais je ne m’inquiète pas, ça redeviendra naturel. En attendant, il faudra travailler à renforcer mon centre. Beaucoup !

D’ailleurs, je sens que l’arnigel  va devenir mon grand ami en plus des massages, cette année ! ^ ^ Et aussi que la session de haha yoga du mardi soir, va être restauratrice ! ^ ^’

Côté théorique du yoga

Pour reprendre nos esprits et tenir jusqu’à la fin de la pratique, nous avons eu des « pauses pédagogiques » où nous avons travaillé en binômes pour apprendre à trouver nos premières marques de professeurs. Accompagner un élève pour qu’il entre correctement dans une posture, c’est tout un programme. Il faut mesurer son approche, bien poser ses mains, faire une pression ou un léger massage aux endroits opportuns, accompagner son mouvement…

Nous avons également eu les premières notions de philosophie yogique : pleine conscience, énergie (prana), respiration. C’est tout un monde !

Je n’ai pas beaucoup de mots pour vous raconter, mais c’est vraiment intense. Et puis plus que prendre des notes, je préfère (et on nous l’a également conseillé) écouter à pleine oreille et vivre l’instant T. Ce que je vous rapporterai principalement de la formation touchera la pratique, je pense. C’est sans doute ce qui vous intéressera le plus dans un prochain post.

Avant de partir, voici quelques photos prises rapidement. Le cadre extérieur est vraiment super sympa et on a bien pu en profiter à la pause du déjeuner avec le beau temps. Enfin, les trois images suivantes sont des extraits de mes supports de cours ainsi que ma prise de notes. Je vous les mets en teaser, on en parlera plus tard ! ^ ^

Namasté et more love,

Nikka