En yoga, on peut dire que c’est comme dans la vie. La respiration, c’est primordial. Allez, je lâche le mot : vital, même !

En effet, on nous enseigne à respirer longuement et profondément, ce qui a pour conséquence qu’on se sent apaisé, zen et relaxé.
Puis vous avez du le remarquer ? Quand au contraire, on se sent oppressé, en colère ou contrarié, notre respiration est saccadée, rapide, superficielle. On ne respire pas à plein poumons, quoi.

La respiration longue et profonde, quant à elle, nous permet de nous calmer, de rétablir le bien-être dans notre corps en favorisant la circulation du sang et de l’oxygène dans la moindre cellule. Résultat : meilleur fonctionnement du système digestif, par exemple, et aussi une meilleure mine. Regardez le visage des yogis, vous ne trouvez pas qu’il a l’air rayonnant ? ^ ^

Respiration : mode d’emploi

Pour travailler sa respiration au yoga et même en général, il y a trois points importants à retenir.

En premier lieu, la respiration par le nez

C’est la base, au yoga.  Le souffle passe par les narines et non par la bouche. Sauf si on est enrhumé, bien entendu. Les narines sont aussi un outil pour les exercices de respiration, notamment pour les alternances et  les rétentions. De plus, respirer par les narines permet de mieux visualiser le trajet de l’air depuis les narines en passant par la trachée, jusqu’au fond des poumons.

Ensuite, la coordination du souffle et des mouvements

Quand on travaille les postures en enchaînement, on se rend compte que l’on doit la démarrer de préférence en inspiration ou en expiration, parfois. Et rester en rétention du souffle sur certaines. Un peu compliqué à retenir et encore plus à exécuter, n’est-ce pas ?

Avec un peu d’entraînement et d’expérimentation, ça va venir. Et au final, vous verrez même que ça facilite l’enchaînement et la tenue des postures ! Formidable, non ?

En substance, ce qu’il faut retenir sur cette histoire de respiration coordonnée, c’est que l’on expire lorsque l’on ouvre son corps (les extensions) et que l’on expire lorsqu’on ferme son corps (les flexions avant, comme dans la posture de la pince).

Pour finir, la concentration sans couper le souffle

En général, on ne s’en rend même pas compte parce qu’on est concentré. Trop, même. Quand on essaie d’exécuter une  posture difficile et exigeante, on coupe sa respiration. Ou on l’accélère.

 

Respiration bloquée

Crédit photo : Blog mathilde fait du yoga. ^ ^

0 respiration + posture difficile = combo idéal pour ne pas bénéficier des bienfaits d’une posture et ne pas réussir à la faire.

Pour y remédier, dès que vous vous rendez compte que vous coupez votre respiration, reprenez un cycle de respiration longue. Comptez 2 secondes pour une inspiration et 4 pour l’expiration qui suit. Plusieurs fois de suite. Cela contribuera à vous détendre pendant la posture et donc de bénéficier de ses bienfaits.

Et voilà, vous avez les bases pour bien respirer pendant vos prochaines sessions ! Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les laisser sous le post, dans les commentaires.

Il ne me reste plus qu’à souhaiter une bonne fin de semaine !

Namasté et more love !

Nikka