Aujourd’hui, parlons un peu anatomie pour découvrir une zone du corps un peu méconnue : les hanches !

D’ailleurs, vous savez où ça se trouve exactement, vous ? Personnellement, je dois avouer que jusqu’à il y a peu, j’amalgamais complètement. Pour moi, les hanches avaient vaguement quelque chose à voir avec la taille et le bassin. En gros. Puis je ne sais pas si vous avez déjà entendu parler de la chanson de ce vieux chanteur, là, Salvatore Adamo (on reparlera une prochaine fois de ma culture musicale, ce serait trop long, là ^ ^) ? Il chante langoureusement un truc comme « laisse mes mains sur tes hanches ». Si on imagine la scène, le mec, c’est plutôt au niveau de la taille ou du bassin de sa meuf, qu’il laisse traîner ses paluches…  Vous n’êtes pas d’accord avec moi ? ^ ^

Pourtant…

Un peu d’anatomie

Les hanches, ou plutôt devrais-je dire l’articulation des hanches, c’est caché au niveau de la culotte de cheval qu’on a. Ou pas ! Plutôt loin de la taille, pas vrai ? Et vachement moins romantique que ce que la chanson me laissait imaginer alors ! ^ ^

En fait, l’articulation en elle-même, elle accueille la tête de l’os du fémur, tout en haut de la cuisse. Au niveau du pli de l’aine. Mais bon, plus qu’un beau discours, un schéma avec squelette vous renseignera mieux. Regardez.

 

Hanches - dessin

Comme moi, vous comprenez, mieux, maintenant, hein ?

Localiser ses hanches

Du coup, si vous voulez la sentir pour en être pleinement conscient, de cette articulation, posez la main sur le côté de la fesse. Ensuite, levez un pied en gardant la jambe tendue et faites des rotations en tournant la cuisse vers l’intérieur, puis vers l’extérieur, alternativement. Vous sentez, sous votre main ? ça tourne et ça bouge à l’intérieur.

Donc voilà. Maintenant, on peut passer au vif du sujet ! Pourquoi c’est si bien d’en être conscient, de ses hanches ? A quoi elles servent exactement ? Quel intérêt de les solliciter et les entretenir ?

Utilité et fonctionnement de la hanche

La hanche ou, de son petit nom scientifique, l’articulation coxo-fémorale, est une articulation qui permet de joindre la cuisse au bassin. Elle met en jeu deux os : l’os iliaque (bassin) et le fémur (haut de la jambe). La tête du fémur (l’extrémité supérieure de l’os) s’encastre dans la cavité cotyloïde, située sur le côté de l’os iliaque.
L’articulation est sécurisée grâce à un réseau de ligaments qui garantissent sa stabilité et sa mobilité.

Ainsi, grâce à la mobilité de la hanche, nous pouvons notamment pivoter le haut du corps sans pour autant bouger les jambes. Ou contraire, balancer les jambes, tout en conservant le buste immobile. Et tout simplement nous tenir debout et marcher.

ça a l’air évident, comme ça, mais tout de même ! Il faut bien être conscient que sans les hanches, ou même une réduction de son amplitude, tout l’édifice du squelette  se trouve déséquilibré et donc « grippé ».

Les hanches au yoga

Leur mobilisation est primordiale. Des hanches bloquées donnent des postures bloquées. Et donc de la gêne dans les mouvements. Mais bien entendu, il n’y a là aucune fatalité. Le yoga est là pour aider à retrouver une amplitude de mouvement convenable, puis entretenir cette mécanique par la suite.

Néanmoins quand on n’en est pas conscient, qu’on ne les sent pas spécialement ou qu’on ne les localise pas bien, ses hanches, comment pourrait-on les faire travailler correctement ? Les hanches nous permettent de faire tout un tas de postures, au yoga :

  • le grand écart,
  • toutes les postures du guerrier,
  • la pose du pigeon,
  • la posture du bébé heureux,
  • le tailleur,
  • et puis le fameux lotus…

Sans s’esquinter les genoux. Car quand on ne mobilise pas ses hanches alors qu’on essaie de se contorsionner, c’est une autre articulation, qui trinque : celle des genoux.

 

Au final

La leçon à retenir de ce long article, c’est que la pratique du yoga permet d’avoir une meilleure connaissance de son corps. Et tout particulièrement de ses hanches ! On l’ignore souvent, mais les hanches emmagasinent beaucoup de tensions, qui, non soulagées, engendrent d’autres maux. Notre vie sédentaire, à rester assis la majeure partie de la journée, nous fait perdre notre souplesse, contribue à raccourcir certains de nos muscles et engendre des douleurs chroniques (du genre lombalgies et sciatiques). 

Luttons contre cela en bougeant !

Si vous êtes intéressés et voulez en savoir un peu plus sur les postures qui aident à travailler votre ouverture des hanches, je vous propose cet article sur le blog : 10 postures pour travailler son ouverture des hanches.

Et puis pour d’autres articles à venir, plus approfondis, pensez à vous inscrire à la newsletter ! 😉

Voilà, tout est dit. Pour finir, il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une excellente journée !

Namasté et more love.
Nikka